Olivier SÉROT, Expert Ingénierie Patrimoniale, Banque Populaire Atlantique, est diplômé de la première promotion du Diplôme d'Université Fondamentaux de la Gestion de Patrimoine.

Photo




Olivier SÉROT





DU Fondamentaux de la Gestion de Patrimoine

Date de promotion : 2009
Formation suivie : DESS CAAE (1989)
Poste actuel : Expert Ingénierie Patrimoniale, Banque Populaire Atlantique



  • Olivier, 20 ans après avoir été diplômé de l'IAE (DESS CAAE), tu es revenu à l'IEMN-IAE (Pôle Banque finance assurance et logistique maritime, IUP) pour obtenir un diplôme en gestion de patrimoine. Les formations que tu as suivies ont-elles été décisives dans ta vie professionnelle ?
A chaque fois, les succès que j'ai obtenus à l'IAE ont été déterminants dans mon évolution professionnelle.
Grâce au DESS CAAE, j'ai pu obtenir mon 1er emploi à la Banque de Bretagne à Rennes, en tant que Conseiller de Clientèle Entreprises en septembre 1989. A l'époque, la concurrence était déjà significative sur le marché de l'emploi. Je me souviens que nous étions plus de 300 à nous présenter pour 5 à 6 postes proposés. Au final, ceux qui ont été embauchés possédaient tous un DESS qui a fait la différence par rapport à ceux qui ne pouvaient se prévaloir "que" d'un Bac+4. L'an dernier, j'ai décidé de donner une nouvelle orientation à ma vie professionnelle en suivant les cours du DU "Fondamentaux de la Gestion de Patrimoine". J'ai obtenu le diplôme en juillet 2009 et, dès le mois de novembre, j'ai pu  prétendre  à  un poste d'Expert au sein du service Ingénierie Patrimoniale de la Banque Populaire Atlantique. J'ai eu la chance que mon employeur joue le jeu en me proposant un nouveau job très rapidement, ce qui me permet aujourd'hui de capitaliser sur la formation reçue récemment à l'IEMN-IAE. 

  • Après avoir connu la  formation initiale (1989), tu as vécu un an en formation continue. Est-ce plus difficile ? 
En 1989, j'avais 25 ans et j'étais "libre comme l'air". Ma seule préoccupation consistait alors à suivre des études  afin de préparer au mieux mon insertion dans le monde professionnel. Aujourd'hui, je suis marié, j'ai 2 enfants en bas âge et un métier. Je dois donc faire face à des contraintes personnelles et professionnelles que je n'avais pas  à l'époque. En contrepartie, la maturité n'est plus la même et, après 20 années d'expérience, on s'organise mieux, on va plus vite à l'essentiel. En  réalité, j'ai surtout souffert de l'absence d'expérience en Gestion Privée, lorsque j'ai entamé le DU. J'ai passé en effet l'essentiel de ma carrière au contact des entreprises, à gérer et développer des portefeuilles, ce qui pouvait constituer, a priori, un handicap. Au final, je crois pouvoir dire que le challenge était réalisable et mes résultats en 2009 ont même été bien meilleurs que ceux obtenus 20 ans plus tôt ! 

 
Propos recueillis par Stéphane Donguy, Président de l'association de diplômés ALTEO - mars 2010