Gilles de la Bourdonnaye, diplômé 1999 en management international franco-chinois et sportif de haut niveau, médaillé paralympique.
 

Gilles de la BourdonnayeLE MONDE COMME TERRAIN DE JEU

On voyage beaucoup quand on est sportif de haut niveau. Parce qu’il découvre la culture chinoise lors de compétitions de tennis de table à Hong Kong et Taïwan, Gilles de la Bourdonnaye postule au DESS Management international franco-chinois de l’IAE de Nantes. Il a 24 ans, est titulaire d’un master 1 en philosophie et a déjà remporté deux médailles (argent et or) aux jeux paralympiques de Barcelone et Atlanta.

Le MIFC répond à toutes ses attentes. « J’y ai acquis les bases linguistiques en mandarin indispensables, un solide bagage en management interculturel et toutes les compétences nécessaires en commerce international, droit des affaires, etc. », se souvient-il. Il les mettra en pratique lors de son stage de six mois, dans une entreprise d’exportation de jouets à Hong Kong, puis, quelques années plus tard, lorsqu’il est nommé directeur du bureau de représentation en Chine de la Région des Pays de la Loire à Qingdao (capitale économique du Shandong). Là encore, le ping-pong se révèle un sésame. « C’est une carte de visite incroyable auprès des Chinois. J’ai joué avec l’adjoint au maire, avec des fonctionnaires des douanes. Cela a facilité la résolution de pas mal de problèmes ! ». Durant son mandat, plus de 50 % des entreprises ligériennes venues se faire connaître vont développer un chiffre d’affaires pérenne avec la Chine.

Le pongiste parvient à mener de front carrière sportive et professionnelle : à la délégation régionale d’EDF, d’abord, puis à la région Pays de la Loire. Après son retour de Chine, il y dirige le service des relations internationales. Parallèlement, il décroche à nouveau l’or aux Jeux de Sidney, l’argent à Athènes et le bronze à Pékin.

En 2014, il répond à nouveau à l’appel du large : détaché par la région auprès du ministère des Affaires étrangères, il part au Brésil avec femme et enfants pour diriger l’Alliance Française de Florianopolis, au sud du pays. Il y développe les cours (1 000 élèves par an), organise de nombreux événements culturels… et se révèle un ambassadeur du handisport très sollicité par les médias au moment des Jeux de Rio. De retour en France depuis quelques mois, il a pour projet de s’investir dans les Jeux de Paris de 2024. L’international pourrait bien constituer à nouveau son terrain de jeu.



Propos recueillis en novembre 2018

La Bulle d'Air n°3- 60 ans de talents