Sébastien Puech réalise ses projets grâce au Master 2 Management International Franco-Chinois et les 18 mois de VIE en Chine.


Portrait SPSébastien PUECH


Master 2 Management International Franco-Chinois


Date de promotion : 2010
Formation d'origine : M1 Économie et Langues option Chinois, Université de La Rochelle
Formation suivie : Master 2 Management International Franco-Chinois
Poste actuel : Responsable des ventes Asie pour la société Delpeyrat
VIE régional basé à Hong Kong, déplacements notamment au Japon, Thaïlande, Corée du Sud, Singapour, Macau, Vietnam, Indonésie


  • Pourquoi avoir choisi cette formation ?

Le MIFC était la suite logique de mon parcours orienté commerce / Asie. D'autre part, et contrairement à la majorité des Master 2, le MIFC propose une « vraie » année de cours, c'est-à-dire jusqu'au mois d'avril, avec des volumes horaires conséquents. La période en entreprise n'est pas pour autant lésée puisque nous avons la possibilité de nous y consacrer dès la fin de la première année, tout en gardant le statut d'étudiant pendant encore 1 an.


  • Quel poste occupez-vous actuellement ? En quoi consistent vos missions ?

J'occupe le poste de responsable des ventes Asie pour la société Delpeyrat : foies gras, autres produits de canards gras, charcuterie, produits français pour la distribution et la restauration. Mes missions consistent à renforcer les ventes avec les clients que l'entreprise a déjà dans son portefeuille, ainsi qu'explorer les nouveaux marchés.
Au jour le jour, il s'agit de renforcer la proximité client en étant basé en Asie, pour répondre davantage aux besoins locaux, participer à des salons, organiser des dégustations, faire connaître le produit, etc.


  • Pouvez-vous nous présenter votre démarche pour obtenir ce VIE ?

J'ai eu connaissance de ce VIE par l'intermédiaire de Civiweb. Le groupe Delpeyrat est basé à Saint-Pierre du Mont à côté de Mont de Marsan. Etant « du coin », et l'annonce correspondant à mon profil, j'ai postulé. L'association d'une formation universitaire adéquate ainsi que mon côté « local » a - je pense - été décisive.


  • Pourquoi avez-vous opté pour un VIE ?

Depuis la Licence, je vise le VIE. C'est la meilleure façon de s'expatrier dès la fin des études, en accédant à des postes à responsabilité et ce dans de bonnes conditions (contrat Français, sécurité sociale, etc.). L'entreprise qui recrute un VIE ne recrute pas un stagiaire. Bien que détaxé, le VIE représente pour elle un investissement. En ce qui me concerne j'ai donc été très bien formé avant mon départ (produits, techniques commerciales, connaissance de l'entreprise). J'ai conscience que l'entreprise attend donc de moi des résultats rapides et probants. De fait, je crois que le VIE s'apparente davantage à un emploi qu'à un stage dans la façon dont le « volontaire » est considéré.


  • Quel est, selon vous, l'apport le plus important de la formation que vous avez suivi ?

Je suis une formation commerce orienté Asie depuis ma Licence 2. J'étais donc déjà familier avec beaucoup de matières enseignées. Cela dit le MIFC m'a apporté un véritable « plus » notamment dans l'organisation du travail (beaucoup de travail en groupe bi-culturel franco-chinois) et au niveau culturel.


  • Quels sont vos projets professionnels ?

Il est un peu tôt pour prévoir l'issue de mon VIE (18 mois). Néanmoins j'espère vivement que le résultat de mon travail sera concluant et que je pourrai poursuivre dans cette voie, à savoir exercer une fonction de cadre commercial à l'international.
L'avantage majeur du VIE régional est qu'il donnera une « couleur asiatique » à mon parcours, jusque alors majoritairement consacré à la Chine. C'est donc une véritable expérience de l'international et du multiculturel que je pourrai valoriser pour la suite de mon projet professionnel.


  • Quels conseils pouvez-vous apporter aux étudiants intéressés par cette spécialisation ?

Ne pas envisager ce Master à la légère. Une fois de plus, il s'agit d'une véritable année d'étude sur 2 semestres, avec un volume de travail hebdomadaire considérable : cours 6 jours sur 7, 10h de chinois par semaine, travaux de groupe...
D'autre part je conseillerais peut-être de chercher un VIE dans l'idéal, très rapidement. J'ai moi-même postulé pour le poste proposé par Delpeyrat mi-décembre (2008) ! Le processus de mise en place du VIE est très long : 3 mois minimum. Le plus tôt sera donc le mieux.
Enfin, il faut prévoir d'être confronté à un travail bi-culturel franco-chinois de longue haleine. Même en étant assez familier avec la culture chinoise, je n'ai pas toujours trouvé cela évident à gérer.


Propos recueillis en octobre 2009